Jeunes mages de tous horizons, de toutes guildes, rassemblez-vous. Car ici commence votre aventure...
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Momo Lei [En cours]

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Momo Lei [En cours]   Dim 26 Oct - 12:26



Nom : Lei
Prénom : Momo
Surnom : Et bien, tout dépend de quel type de surnom on parle...
Âge : 20 ans
Sexe : Féminin, on ne peut pas vraiment en douter...
Appartenance : Vagabond
Travail : Tout casser et faire du chocolat.




Magie utilisée : La magie de la Force. Momo ne sait pas maîtriser sa magie. Ainsi sa force titanesque à tendance à faire nombres de dégâts non désirés...
Arme(s) utilisée(s) : En guise d'armes, la jeune femme possède un long bâton noir sans aucune particularité. Juste un long morceau de bois lissé et peint sans résistance particulière. C'est juste un bâton. Elle s'en sert souvent comme bâton de randonnée... Elle s'en sert d'ailleurs plus souvent pour ce type d'usage plutôt que pour se battre. Sinon, elle se le ferait casser.

Description psychologique : (minimum de 10 lignes)
Qui est-elle, cette Momo Lei ? Disons qu'elle n’est pas banale. Non, loin de là. Elle se remarque trop pour être qualifiée ainsi. Par où commencer ? Ses qualités ou ses défauts ? Ses goûts peut-être ? Je pense qu’une de ses caractéristiques les plus marquées est son égoïsme, accompagné d’une bonne grosse dose d’égocentrisme. Précisons un peu. Voyez-vous, mademoiselle est du genre à ne rien partager. Ce qui est à elle est à elle, ce qui est aux autres… c’est aussi à elle, en fait. Elle ne marche que dans son intérêt. Si elle ne gagne rien, alors vous n’obtiendrez rien. Et attention ! Elle ne se contentera pas d’un échange égal ! Non, c’est bien plus pour elle que pour l’autre, sinon ce n’est pas bon. Si elle n’est pas satisfaite, peu importe ce qu’elle y perd, elle laissera tomber et continuera sa route. Tant pis pour vous. En ce qui la concerne, elle vous aura aussitôt oublié. Elle n’a aucune notion de camaraderie. Les guildes, ce n’est pas fait pour elle. Car elle n’aime pas aider ses paires à moins bien sûr qu’ils y mettent le prix. Elle laissera crever un « camarade », même en danger de mort si l’intérêt n’est pas là. Fanatiques au grand cœur, restez loin de cette personne. Vous auriez bien vite fait de vous retrouver offusqué par ses paroles méprisantes. Pour elle, la mort n’est pas une chose tragique à laquelle il faut lier tristesse et perte. Momo se rit de la mort. Elle la regarde en face sans détourner les yeux. Les gens meurent, on appelle ça le cycle de la vie. Certains meurent prématurément, qu’est-ce qu’on peut y faire ? C’est ainsi, mieux vaut y voir le bon côté. Soit un petit héritage à récolter, deux trois bricoles par-ci par-là. Un mort reste un cadavre qui n’a plus besoin de ses biens matériels. Alors autant en faire profiter tout le monde. Ou au moins Momo. Surtout Momo. Oui, cette femme-là saisit la moindre petite occasion pour obtenir tout ce qu’elle souhaite.

Elle est égocentrique. Si nous avons bien le même dictionnaire, vous serez d’accord avec moi sur la signification de cette phrase. En gros, elle a cette tendance à tout ramener à elle. Elle s’aime. Elle se considère comme son seul véritable amour et ce à jamais. Oui, elle se sait magnifique et à tendance à le préciser si jamais on ne le lui fait pas remarquer. Elle a besoin qu’on le lui dise. Elle a besoin qu’on la remarque, qu’on sache qu’elle est là. Et pour cela, tous les moyens sont bons. Et donc, pour suivre cette caractéristique, elle déteste par-dessus tout être ignorée ou rabaissée. Lorsqu’on l’ignore, elle fera tout pour s’imposer, quitte à en devenir agaçante voire carrément lourde. Mais alors si on la rabaisse, et bien disons qu’elle se laissera emporter et là, ce ne sera plus que votre mâchoire qui sera à jamais perdue... Je pourrais aussi vous décrire autre chose dans ce paragraphe sur l’égocentrisme. Son objectivité. Elle est sans aucun doute égocentrique mais elle n’a aucune notion générale du bien et du mal, celle qu’il est d’usage d’enseigner aux enfants. C’est pourquoi elle ne jugera qu’en utilisant la logique. Elle ne donnera pas raison à quelqu’un parce que ce qu’il dit est bien mais parce que c’est mieux. La nuance est importante. Sauf que généralement, elle juge avec SA logique. C'est-à-dire celle qui lui profite à elle. C’est pourquoi son objectivité n’est vraiment objective que si elle n’est pas concernée. Ce qui arrive très rarement puisque n’aimant pas être ignorée, elle n’aime également pas être mise à l’écart. Vous me suivez ? En résumé, elle est objective sans vraiment l’être. Mais ce qu’il faut retenir dans cette information c’est surtout le fait qu’elle ne possède aucune notion de bien et de mal mises à part les siennes.

Ceci dit, passons à autre chose. Vous connaissez l’image type du personnage égoïste et égocentrique, non ? Associé à ça, on retrouve souvent un certain calme, une froideur poussée, et une tendance à rejeter toute forme de socialisme quelque qu’elle soit. Vous voyez sans doute de quel genre de personnages je veux parler. Et bien retirer cette image de votre tête, cela n’a absolument rien à voir avec notre cher Momo. Momo est dragueuse, excentrique à souhait mais également calculatrice et aussi cultivée qu’une huître. L’essentiel de ses connaissances lui viennent de magazines féminins aux gros titres abrutissants. Mais surtout, il ne faut pas lui dire. Pour elle, chacun de ces magazines équivaut à une bible. C’est toute l’essence de la vie qui est contenue dans ces quelques feuilles de papier imprimé. Jamais elle ne rate un seul de ces quotidiens. La pauvre en mourrait ! Mais reprenons plutôt ses caractéristiques une à une. Un peu d’ordre que diable ! Tout d’abord, c’est une dragueuse inconditionnée. Elle ne tombe pas amoureuse, puisque son seul amour est elle-même. Mais alors qu’est-ce qu’elle peut draguer ! Tous les garçons qu’elle désigne comme mignon en fait. C'est-à-dire la majorité de la population masculine de la planète. Mais en fait, l’unique raison pour laquelle elle agit ainsi est qu’elle espère qu’on lui dise qu’elle est belle. Je vous l’ai déjà dit, non ? Tous les moyens sont bons… Ensuite, c’est une excentrique. Etrangement, c’est réellement dans sa nature, pas juste un moyen de se faire remarquer. Ce qu’elle pense, elle n’hésite pas à le dire tout haut. L’idée même qu’elle puisse être vexante ou blessante ne lui effleurera jamais l’esprit. C’est ainsi. Elle dit ce qu’elle veut, fait de grands gestes inutiles si elle le souhaite et personne n’a le droit de dire quoi que ce soit. Elle est calculatrice. Ce qu’elle fait, elle l’a prévu, l’a pensé et repensé. Du moins lorsqu’elle souhaites vraiment quelque chose. Sinon, son côté excentrique prend le dessus et alors elle ne se préoccupe plus des conséquences. Elle n’est donc calculatrice que lorsqu’elle le doit vraiment. Momo est en soit une fille plutôt désespérante. On la regarde, on l’écoute et la première chose que l’on veut faire c’est soit la baffer, soit aller se pendre. Charmante personne n’est-ce pas ?

De son côté dragueur découle un certain goût pour le sexe opposé. Elle aime regarder les hommes lorsqu’ils sont mignons mais ce n’est pas sa plus grande passion. D’accord, sa plus grande passion, c’est elle-même mais je vous parle ici de sa seconde plus grande passion : le chocolat. Le chocolat, ça fait grossir. Mais elle adore ça, elle ne peut pas vivre sans. Parfois, on pourrait presque la prendre pour une droguée en manque en la regardant se jeter sur les pâtisseries au chocolat ou les bonbons. En tant que fille de chocolatier, il est normal qu’elle sache faire des chocolats. Mais on ne sait pas comment, par quel prodigieux miracle elle fait pour transformer ainsi du simple chocolat en cette « chose » qu’elle ose appeler bonbon. Chocolat à l’origine devenait une sorte de pâte au goût métallique et fort. Parfois, il prenait une étrange couleur verdâtre également. Immangeable. Tout cela grâce à son « ingrédient miracle ». Voilà qu’il portait bien son nom celui-là. Mais alors que la population normale fini à coup sûr dans le coma et éventuellement meurt après une bouchée, Momo semble adorer ses chocolats. Selon elle, ce sont eux les meilleures. Mais méfiez-vous. Ces trucs-là sont réellement inbouffables. De même que sa cuisine. Disons que cette jeune femme a une certaine tendance à mettre son « ingrédient miracle » à toutes les sauces. Mine de rien, c’est quelqu’un de dangereux, cette nana…





Prénom : Laura
Âge : 15 ans...
Mini-présentation de vous-même : En fait j'ai pas envie de vous raconter ma life...
Fréquence de connexion : Tous les jours pendant les vacances sinon seulement le week-end en période scolaire (plus ou moins).

Comment avez-vous connu le forum ?
- Et bien, disons que en fait je suis un petit peu beaucoup la fondatrice...
Pourquoi vous êtes-vous inscrit ?
- Pour montrer l'exemple : "A bat Fairy Tail, Vive les Vagabonds !"
Que pensez-vous du forum ?
- Franchement, je sais pas pourquoi, mais je l'adore...


Dernière édition par Momo Lei le Lun 27 Oct - 1:21, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Momo Lei [En cours]   Sam 1 Nov - 16:16



SUITE


Description physique : (minimum de 10 lignes)
Que verrez-vous, si jamais elle croise votre chemin ? Verrez vous une créature si sublime qu’elle marquera votre esprit jusqu’à votre mort ? Ou bien peut-être que vous ne la remarquerez pas, étant d’un banal affligeant. J’aurais aimé vous dire que c’était une femme sublime, accomplie que l’on remarque et que l’on vénère pour sa beauté et ses nombreux atouts physiques. Mais ce n’est malheureusement pour elle pas le cas. Elle n’est pas non plus d’une banalité comme on voit si peu. Après tout, cette demoiselle à encore ses propres charmes, comme toute jeune femme qui se respecte. Mais détaillons. Tout d’abord, dans l’ordre, commençons par sa tête. Momo est tout ce qu’il y a de plus adulte. On ne lui donne pas moins que la vingtaine et on serait même parfois tenter de la vieillir. A noter que si cela lui permet de se faire remarquer, elle ne vous en voudra pas mais quand même, la vieillir sans raisons reviendrait à la supplier de vous casser la mâchoire. Sous sa chevelure claire, chocolat au lait, loge un visage mature, une femme sans aucuns doutes possibles. Il est vrai que c’est inutile de le préciser, ses trop longs cheveux en témoignent. Car il faut l’avouer, il est bien rare de trouver chez un homme une telle chevelure ondulée et notamment décorée d’un nœud papillon rose. Oui, un nœud papillon rose. La demoiselle atteste de l’importance de cet accessoire qui selon elle la rend « incroyablement mignonne ». Elle ne l’est pourtant pas tant. Après, cela dépend bien sûr de votre goût pour les femmes. Quand certains la trouveront jolie, d’autres au contraire… Mais ceux-la finissent généralement couverts de bleus.

Son visage n’est pas banal. Sinon comment pourrais-je vous parlez de sa bouche, ses lèvres fines et naturellement rosées, que l’ont pourrait bien croire maquillées de par leur brillance et leur couleur peu naturelle. Si seulement vous osiez, si seulement vous vous risquiez à regarder cette bouche finement dessinée, vous pourriez remarquer cette douceur visuelle. Mais voilà, ce n’est pas vraiment la première chose que l’on regarde chez une personne. A la limite, son sourire enchanteur pourrait vous poussez à enfin les remarquer, ces lèvres. J’ai bien dit, à la limite. Car n’est-ce pas le regard que l’on souligne habituellement chez une personne ? Et là, son regard n’a rien de spécial. De larges iris couleur chocolat, intenses mais sans malheureusement rien de remarquable. Peut-être cette lueur qui témoigne de son excitation constante lorsqu’elle se fait remarquer. Son regard n’est certes pas comme celui de ces pauvres asociaux froids et distants, comme je les ai déjà comparés. Non, il est expressif, non pas excessivement mais normalement. Seul son comportement est excessif. Si elle n’agissait pas comme elle le fait, elle serait comme ces gens qui ne se remarquent pas, ceux qui restent cloîtrés chez eux à longueur de journée. Dont on ignorait l’existence même. Mais, si je ne suis pas idiote ! Je vous ai parlé de SES iris. J’aurais du vous parlez de SON iris. Il s’avère que son œil gauche est dissimulé par sa frange découpée maladroitement. Très peu le savent, mais il y a une raison à ça. Il s’avère que son œil gauche est aveugle et enlaidit par un tatouage qui s'étend de son œil à sa tempe. C’est pourquoi elle le dissimule derrière de nombreuses mèches de cheveux. Car c’est pour elle incroyablement laid et rabaissant. Mais vous aurez plus de précisions à ce propos dans l’histoire. Pour ce qui est du reste de son visage, ce n’est pas réellement la peine d’en parler. Rien de bien intéressant et remarquable.

Je pense que faire juste un paragraphe pour décrire le reste de son corps sera sans doutes amplement suffisant. Elle n’est pas bien grande, avec ses 1m60 et des poussières. Mes elle a beau être plutôt petite, elle ne s’en démonte pas. Sa taille lui convient et elle y trouve nombres d’avantages. Parlons un peu de ses formes. Sa poitrine n’a rien de généreuse. Elle ne possède pas ces incroyables bonnets de soutien-gorge qu’on certaines filles pourtant bien plus jeunes qu’elle et qui attirent tant de garçons. Bien qu’elle aimerait avoir une poitrine comme celles-la, elle arrive très bien à ce contenter de ce que Dieu lui a offert. C'est-à-dire un pauvre bonnet B. Pour se qui est de ses hanches, elle sont agréablement proportionnées avec le reste de son corps et sa fine taille. Cela ne l’en rend pas plus belle. Juste normale. En fait, on pourrait la définir comme un petit gabarit. Elle n’est pas bien grosse non plus, bien que son poids soit un secret très bien gardé. C’est un poids plume avec son diamètre de bras insignifiant. Son corps n’est pas entraîné le moins du monde, c’est sa magie qui fait tout. Sa magie de la Force qui fait voler ses adversaires. A la voir, il n’est pas rare que l’on doute de ses capacités mais n’oubliez pas cette fameuse maxime qui dit que l’habit de fait pas le moine. Et croyez moi, ce dicton n’a jamais été aussi vrai que pour Momo Lei. Mais passons. Petit paragraphe n’est-ce pas ? Et bien, il n’y a pas grand-chose à dire non plus. Le corps de cette jeune femme est tout ce qu’il y a de plus normal. Pas de formes surdéveloppées, rien d’impressionnant au premier abord. Mais vous aurez bien vite fait de la remarquer pourtant, peut-être par sa façon de s’avancer vers vous pour vous draguer ou pour vous reprocher votre style vestimentaire bien trop voyant à son goût. Oui, malgré son apparence, il est bien difficile de ne pas la voir.

Et son style vestimentaire, alors ? Ne l’oublions pas celui-là. Avec un caractère pareil, peut-être auriez-vous cru à des habits farfelus, facilement remarquables. Mais ce n’est pas le cas. Mademoiselle se sentirait ridicule en portant d’étranges vêtements. Et là, étonnamment, elle a plus tendance à se fondre dans la masse. Elle s’habille comme tout le monde, suit les autres. Elle tente bien de se mettre en valeur tout de même. Décolletés et tout le barda. Mais elle n’ira pas jusqu’à s’habiller tout de noir ou de vert fluo. Elle varie les couleurs selon les temps, les textures et la forme. Mais ce qu’elle aime porter le plus, c’est le marron. Vous vous en doutiez, non ? Un peu normal en même temps. Il faut le croire, elle aime sans doute trop le chocolat pour que cela déteigne sur ses préférences vestimentaires. Mais rassurez-vous, elle ne se limite pas à ça. Elle porte de tout, car elle à cette chance que certaines n’ont pas, tout ce qu’elle porte lui va à merveille. Que ce soit la tenue la plus féminine qui soit à des vêtements de garçon. Grand, moulant, petit, large. Tout lui va. C’est ainsi, il y a des gens comme ça. Tout ce qu’ils portent leur va. Momo en faisait partie. N’était-elle pas chanceuse ?


Dernière édition par Momo Lei le Sam 1 Nov - 21:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Momo Lei [En cours]   Sam 1 Nov - 21:54



SUITE


Histoire : (minimum de 15 lignes)
Comme tout le monde en ce bas monde, Momo Lei a une histoire, un passé. Et quel passé ! Son caractère égoïste et capricieux aurait pu dévoiler un passé gâté plein de joie et de bonheur mais n’est-ce pas le dramatique qui marque l’intérêt d’une histoire ? Voilà, vous aurez deviner que ce n’est pas tout rose, remplit de beaux lapins arc-en-ciel qui sautillent joyeusement dans un pré. Introduction finie, passons à ce qui nous intéresse.

Il était une fois Fairy Tail…


Cette guilde de destructeurs nommée Fairy Tail. Des mages vivants qui ne rataient pas une occasion de se faire remarquer. N’est-ce pas génial ? Liberté, esprit de franche camaraderie, tout ce qu’un mage peut espérer réunit en un seul endroit. Lei en faisait partie. Non pas Momo Lei mais bien Lei. C’était son prénom, à ce mage orphelin. Un mage puissant doté du pouvoir surprenant qu’était le pouvoir du poison. Il était un peu comme Midas, sauf que lui contrôlait son pouvoir. Je dis bien un peu dans le sens où tout ce qu’il touchait ne se transformait pas en poison. Il ne pouvait transformer en poison que ce qui ne vivait pas ou plus. Ainsi il se battait à l’aide de petits cure-dents de bois mort. C’était un puissant pouvoir, à condition qu’il soit bien utilisé. Mais revenons en à ce mage en lui-même. Il n’avait pas de nom de famille. On l’appelait juste Lei. C’était un mage de Fairy Tail, et pas des moindres. Il avait pour réputation d’avoir réussit toutes ses quêtes sans jamais faillir. Une bien belle réputation n’est-ce pas ? Il était de plus réputé pour sa solitude. S’l s’avérait être quelqu’un de généreux, il n’aimait pas travailler en groupe. Mais pourtant, elle avait tout changé. Elle s’appelait Momo. Il s’agit bien là de notre héroïne, et non pas je ne sait qui avec un prénom identique. C’était bien Momo. Momo Lei. Leur rencontre ? Connaissez-vous le conte de la cigogne qui amène les enfants aux parents dans un panier ? Et bien, disons qu’on s’en rapproche dangereusement. C’était dans un panier que Lei avait découvert ce petit bébé endormit. Un beau panier tressé pour un beau bébé emmitouflé dans de riches étoffes de soie rose. Lei avait regardé ce panier, sur le pas de sa porte. Question n°1 : « Qu’est-ce que c’est que ce truc ? ». Il fixa cette étrange créature endormie se toute sa hauteur, se questionnant sur son origine, son identité. Intrigué, il décida de se baisser. Il fixa inlassablement cet adorable visage avec sérieux. Il avait trouvé un bébé. Il se disait qu’en le laissant ici, son propriétaire reviendrait le chercher. Avec son index, juste par envie, il fit une légère pression sur le berceau arrangé du bébé.

Premier regard, premier contact. Le bébé se réveilla presque instantanément. La petite créature ouvrit de grands yeux chocolat et observa ce géant qui s’était amusé à troubler son précieux sommeil. Ils se regardèrent tout deux un bref instant, seulement un bref instant. Le bébé se mit à pleurer. Mais un vrai pleur de gosse, bruyant et insupportable. Celui qui vous réveille en pleine nuit pour changer une couche. Lei ouvrit de grands yeux. Quoi ?! Non ! Ne pleure pas !! Pourquoi tu pleures ?! Pour tenter d’arrêter cette torture, Lei prit l’enfant dans ses bras comme il put. C'est-à-dire aussi bien qu’un manchot. Il fallait le dire, c’était un miracle que ce pauvre bébé ne soit pas tomber. En même temps, il se débattait, ce petit corps soit disant sans défenses. Et pas qu’un peu ! Vas-y que je te donnes un coup de poing dans le nez, et puis un coup de pied dans le menton… Et alors ça faisait mal ! Mais ce bébé avait des poings en acier ou quoi ?! Lei avait vraiment mal à chacun de ces coups. De plus, les pleurs constants commençaient sérieusement à lui taper sur les nerfs. Mais il ne pouvait pas se résigner à rendre ses coups à cet enfant ni même le menacer pour qu’il stoppe. Il se laissa donc faire, sortant des mots maladroits dans le but de calmer le jeu. Comme quoi, devenir parent n’est-il pas la chose la plus simple au monde ?

Lei ne pouvait pas laisser le bébé seul chez lui. Il se résigna donc à l’amener à la guilde avec lui. Et quelle surprise de voir débarquer avec un gosse entre les bras ce fameux mage solitaire. Et les questions fusèrent, autour du comptoir :

- Où est-ce que tu nous as trouver ça, toi ?
- Il faut croire qu’il cache plus de secret qu’on ne l’imagine, le petit Lei. De qui tu nous tiens ça ? Elle est belle au moins ?
- Elle n’est pas à moi ! Je l’ai trouvé dans un panier !

Après tout, n’était-ce pas la stricte vérité ? Mais qui croirait une histoire pareille ? Les bébés, sa ne tombe pas du ciel. Il faut bien les faire. Pour tout le monde, Lei cherchait encore à cacher un secret. Mais lui continuait de rétorquer que cette gosse n’était pas à lui. Finalement, il s’énerva, confia l’enfant à la serveuse de cette époque et démarra une joyeuse baston. Il faut croire qu’à Fairy Tail, rien ne changerait jamais. Le bébé, devant ce spectacle semblait bien s’amuser et trouver drôle d’observer chacune des personnes présentes se taper mutuellement sur la figure. Et lorsque tout s’arrêta, ce fut le drame. Plus fort que le brouhaha du combat, les pleurs de la gamine. Comme pour un ami cher, tout les mages s’attroupèrent autour de ce pauvre être innocent et tentèrent de le calmer, l’amuser et le rendre heureux pour qu’il ne pleure plus. Ce tout petit bout de fillette était déjà devenue star à Fairy Tail. Mais Lei ne pouvait pas garder un enfant qui n’était pas à lui. Mais il décida de lui donner un prénom. C’était normal après tout. Au même moment, il entendit un de ses collègues appeler la serveuse, Momo. Il l’avait trouvé son prénom :

- Tu t’appelleras Momo en attendant de te trouver une famille. Ca te va ?

~


Les jours passèrent, ils finirent par se compter en semaine, en mois. Lei laissa tomber. Son annonce n’obtiendrait jamais de réponse. Au fond, il en fut assez content. Il s’y était attaché, à cette gosse qu’il voyait grandir. Et qui faisait toujours autant de dégâts avec ses poings d’acier. Ce n’était encore qu’un bébé, mais tout le monde l’avait compris, qu’elle était née mage. Elle était née mage et sa magie était époustouflante malgré son âge. Bien sûr, ça ne crevait pas les plafonds mais quand même ! Enfin bref. Lei se retrouvait bien embêté par sa nouvelle responsabilité. Comment allait-il faire pour s’occuper de Momo ? Un bébé avait constamment besoin d’attention et cet homme de 21 ans avait autres chats à fouetter. Notamment ses missions en tant que mage. Jusque là, il avait toujours trouvé quelqu’un à qui refiler le bébé. Mais ça ne sera pas forcément le cas tout le temps. Lei y réfléchit longuement. Pendant un mois de plus. Jusqu’au jour où le dilemme arriva. Il devait partir quelques jours en mission dans les montagnes mais il n’avait trouvé personne pour s’occuper de sa gosse. Il ne pouvait pas se résoudre à l’abandonner. Mais en même temps, il avait déjà accepté sa mission et ne pouvait pas non plus changé d’avis. D’autant plus que cela s’annonçait assez excitant. En effet, on avait témoigné dans plusieurs villages de la disparition de personnes qui revenaient quelques jours plus tard transformés en vieillards, amnésiques et incapables d’utiliser leurs sens. Ils étaient aussi couverts de ce que qui semblaient être des tatouages. Un peu beaucoup sur le point de mourir également.

Lei prit rapidement sa décision. Il n’avait qu’à emmener Momo avec lui et c’est ce qu’il fit. Il prépara bien rapidement tout son matos pour partir sur les hauteurs glacées. Il avait fait tout son possible pour garder la pauvre enfant au chaud mais dans les montagnes, c’était plus que compliqué. Dans tout les cas, il fallait qu’il trouve ici quelqu’un pour s’occuper d’elle. Il trouva rapidement une jolie famille, celle qui avait fait la demande auprès des guildes. Un jeune couple marié et leur fils aîné. Seul leur fils cadet, disparu, manquait à l’appel. Ils acceptèrent de s’occuper de Momo, bien sûr à condition que leur fils leur soit ramené. C’est ainsi que pendant deux jours, tandis que Lei était proche de retrouver le kidnappeur, le fameux fils cadet revient chez lui, dans le même état que les autres disparus. C’était là la pire chose qui puisse arriver. On pourrait dire que ce fut le déclencheur de nombres de choses mais surtout de la disparition d’une enfant bien plus importante : Momo. Le soir même, lorsque Lei, exténué allait voir sa fille (comme tout bon parent qui se respecte), il trouva un berceau vide. Il remua terre et ciel, ou du moins tout le village pour la retrouver mais sans succès. La conclusion fut simple, c’était le tour de sa fille. Sauf que c’était hors de question. Lei accéléra le rythme des recherches. Il fallait qu’il trouve ce kidnappeur à tout prix ! Angoissé et paniqué, il cherchait, cherchait. Mais il ne trouvait pas. Il avait peur, peur que sa fille revienne comme le fils cadet mort juste une heure après son retour. Et sa fille, justement revint, le lendemain.

Elle était là, au milieu du village, endormie dans la neige, nue. Elle avait grandit. Poussée de croissance soudaine ? On en doutait. Elle faisait maintenant 3 ans à 4 ans de plus. Ce n’était plus un bébé, c’était une petite fille aux longs cheveux chocolat au lait. Elle avait l’air morte, recroquevillée dans la neige ensanglantée. Ensanglantée ? Oui, la neige avait pris la couleur du sang de cet homme dont le corps gisait à côté d’elle. Un vieil homme au visage couvert de runes et de sang. Son propre sang. Il était mort sans aucun doute. Mais elle dormait juste paisiblement, cependant le corps couvert de bleus. On ne pouvait que supposer. Elle l’avait tué. En fait, personne n’en doutait. Mais cela ne faisait pas peur. Au contraire, on la considérait comme une petite héroïne. Et une héroïne en mauvais état. On l’amena dans un lit, on la soigna et en même temps, on ne put que remarquer les dessins autour de son œil gauche jusqu’à sa tempe. On n’y réfléchissait pas. On ne faisait que constater. Lei était heureux lui aussi. Sa fille était de retour, saine et sauve, bien que plus vieille. Il s’en fichait. Cela ne changerait sans doutes rien. Il veillait donc tranquillement à son chevet. Au réveil de Momo, il dormait dans un fauteuil, à coté du lit. Et elle était perdue. Elle était amnésique. Elle ne se souvenait plus. Qui était-elle ? Mais étrangement, la première chose qu’elle fit après une brève observation de cet homme qui dormait, ce fut pleuré bruyamment, comme un bébé. Elle réveilla ainsi son père qui fut bien étonné. Même réaction. Hein ?! Pourquoi tu pleures ? Il prit sa fille dans ses bras et cette dernière se débattit. Et là, il se prit de ces coups ! Si bien qu’il fut projeté contre le mur. Elle avait grandit, sa force aussi.

~


Momo avait dix ans. Les décisions importantes c’était faites rapidement. Lei avait quitté Fairy Tail pour se consacrer à l’éducation de sa fille dont la puissance se faisait plus grande chaque jour. Pour gagner ses Jewels, il était devenu chocolatier.

-A Finir-


Autres particularités :





-A Venir-
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Momo Lei [En cours]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Momo Lei [En cours]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» cours technique femme et milonga art plus tango
» Cours de Broderie d'Art à Marly le Roi (78)
» Petit cours pédagogique.
» cours de drift
» Cours Champagne Tango à PAU

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail Generation :: ~oO Acceuil Oo~ :: Archives-
Sauter vers: