Jeunes mages de tous horizons, de toutes guildes, rassemblez-vous. Car ici commence votre aventure...
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Julian Kaas

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Julian Kaas   Mar 21 Oct - 21:55

I- ETAT CIVIL


Nom : Kaas
Prénom : Julian
Surnom : Arlequin
Age : 28 ans
Sexe : Masculin
Appartenance : vagabond
Travail : Il y a bien longtemps il exerçait le métier de tailleur ou encore de comédien.

II- INFORMATIONS GENERALES


Magie utilisée : La magie de Julian est basée sur le contrôle des tissu, pour des raisons inconnues il appelle cela le don de l’arlequin, d’où son surnom.
Ce contrôle sur le tissu revient à pouvoir le rendre extrêmement résistant et a pourvoir le forcer à se resserrer.

Arme(s) utilisée(s) : Aucune.

Description psychologique : (minimum de 10 lignes)
Julian est une personne de très calme, il ne perd jamais son sang froid, surtout depuis qu’il voyage, il a bien compris que ça ne servait à rien de s’énerver, si ce n’est se faire du bien…
Ensuite bien qu’il se montre la plupart du temps gentil et généreux il n’en est rien, c’est uniquement pour sauver les apparences qu’il se comporte ainsi, en réalité il est cruel et radin, mais a un point. Il ne donnera rien sans arrière pensé, si ce n’est de l’aide et encore… Et il est capable de faire preuve d’une cruauté et d’un sadisme incroyable. A côté de ça il ne touchera pas aux enfant et au femme, seule les hommes l’intéresse, ils sont les seuls à mériter de mourir.
De plus Julian est relativement réservé, il ne donne pas son avis à tout bout de champ et ne dit ce qu’il pense que lorsque cela peut se révéler très utile.
D’une certaine façon pour combattre le monstre Julian est devenu monstrueux, mentalement parlant uniquement.

Sinon Julian aime… Julian n’aime pas grand-chose si c’e n’est Marcus l’un de ses amis et ses chers souvenirs.
A côté il déteste tout, les personnes se pensant super importante, ceux qui lui pompe l’air, les fleurs, le ciel bleu, la lune, les coqs,…

Description physique : (minimum de 10 lignes)

Julian est un homme d’une trentaine d’année et même un bel homme. Les cheveux bleus foncés, couleurs qui n’est pas sa couleur de cheveux naturels, mais juste une fantaisie qu’il se permet, et long il les porte le plus souvent en queue de cheval, mais lorsque ceux ci sont détachés, il viennent naturellement dissimuler la moitié droite de son visage.
De grande taille et de corpulence assez fine Julian ne ferait sûrement pas peur à une mouche, s’il n’était pas mage bien sûr. Il semble de temps à autre éprouver des difficultés à se déplacer et grimace parfois lorsqu’il bouge les bras. Lorsqu’il se met torse nu on peut apercevoir de nombreuses marques, vestige de mauvais traitements infligés par son père. L’une des marques les plus marquées se situe sur sa poitrine, il s’agit d’un cadeau d’adieu d’un de ses amis.

Sa mâchoire est plutôt fine mais elle semble abîmée, en effet il lui arrive de butter sur la prononciation de certains mots, ces cas sont rares, d’autant plus qu’il ne parle que très peu, mais ils sont suffisamment fréquent pour expliquer sa haine envers las mots « saperlipopette » et « scrogneugneu »… En même temps il ne s’en sert jamais de ces mots…

Pour le reste il n’y a qu’une chose à ôté, ce sont ses yeux l’un des deux est bleu et l’autre vert, cela lui vaut bien des regards indiscret et le force parfois à détacher ses cheveux.

IV- INFORMATIONS JOUEUR


Prénom :Nathan
Age : 17 ans
Mini-présentation de vous-même : J’aime beaucoup de chose et mes loisirs sont en général écrire, dessiner, voir mes amis, lire des mangas et hanter les forums RP…
Fréquence de connexion :
7j/7j tout aux longs de l’année sauf en cas de pépin…
Comment avez-vous connu le forum ?
-Ahah mystère… pour moi-même en fait…
Pourquoi vous êtes-vous inscrit ?
-J’aime beaucoup le manga…
Que pensez-vous du forum ?
-Whaou !


Dernière édition par Julian Kaas le Ven 31 Oct - 0:05, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Julian Kaas   Sam 25 Oct - 14:33

Histoire



Julian naquit il y a pas si longtemps que ça... Du moins par rapport au nombre total d'année qu'a vécu ce monde... Il naquit donc il y a 28 ans, ce qui pour beaucoup le fait paraître pour un homme d'une autre époque, mais c'est totalement faux. Les conditions de sa naissante et sa situation familiale n'étaient pas extraordinaires puisqu'il naquit dans une grange à l'époque ou son père, alcoolique notoire, s'occuper de faucher les blés dans les champs. Son enfance ne fut pas très marquante... Enfin façon de parler, des marques de son enfance il en porte autant sur son corps que dans son esprit, son père était victime de poussée de violence extrême qui l'entraînait dans des jeux malsains consistant quasiment tous à faire crier Julian le plus fort possible et ce à grand renfort de coup, coup qu'il infligeait aussi bien à la main qu'au ceinturon ou tout autre objet passant à portée de main.
Lorsqu’à l’époque Julian lui demandait pourquoi, son père se bornait à lui répondre d’une voix mal assurée et soufflant sur lui une haleine fortement imbibée en alcool : « Pour faire de toi un homme mon fils ! ». Julian ne put jamais comprendre ces paroles, pour lui il ne s’agissait là que d’une démonstration de force que son père gagnait la plupart du temps. D’une certaine façon les marques sur son corps attestent des moments difficiles qu’il a connus et de sa difficulté à ressentir l’esprit de famille.
A côté de son père et de ses mauvais traitements se trouvait une mère bourrée de bonnes intentions, une mère comme tout enfant reverrait d’en avoir une. Une pour qui on accepte tout les coups blessures et autres sévices physique infligeait par un père alcoolique. Cette mère était le contraire de son mari, lorsque celui-ci battait leur enfant elle se réfugiait dans sa chambre et se bouchait les oreilles en pleurant, à la façon d’un tout jeune enfant souhaitant fuir le monde. Cela la rendait particulièrement belle aux yeux de son fils qui à l’époque ressentit une sorte d’amour à la fois différent de l’amour que l’on éprouverait envers son âme sœur et différent de l’amour qu’un fils doit normalement ressentir pour sa mère. C’est pour cela que bien souvent lorsque son père le battait il se mordait la langue, pour étouffer ses cris, c'est là ce qui explique ses difficultés à formuler certains mots aujourd’hui. Lorsque son père se calmait enfin pour rejoindre les bras de Morphée ou du moins les bras du dieu de l’alcool, c’était sa mère qui venait panser ses blessures, désinfecter les griffures et morsure infligée par le ceinturon. Ce moment aussi était douloureux, mais devant le visage bienveillant de sa mère il ne su jamais exprimer clairement sa douleur.
Mais il y avait une autre raison qui faisait tenir Julian et il savait que le jour où cette raison viendrait à se perdre lui n’aurait plus rien à perdre. Nombre de fois il avait penser à en finir en tuant son père ou simplement le rendre incapable de frapper, mais chaque fois ses deux amis Marcus et Vincente était là pour le soutenir et l’empêcher de commettre l’irréparable, c’était aussi pour eux, pouvoir continuer à vivre en les voyant, rêvant d’aventure et d’action qu’il supportait la honte que lui procurait toute ces marques sur son corps, honte qui s’accentuait constamment lorsqu’il se regardait en face, dans un miroir.
Grâce à tout cela, c’est-à-dire sa mère et ses deux amis il put survivre jusqu’à ses 20 ans, âge à partir du quel il quitta le cocon familial et ses deux amis pour s’établir dans la vie active et voler de ses propres ailes. Cette décision avait été motivée par l’arrivée d’une tierce personne qui, Julian s’en doutait, allait prendre une part importante de sa vie, il s’agissait d’une jeune femme magnifique, du nom de Jaeleen. Julian l’avait rencontré lors de sa balade quotidienne en ville avec Marcus et Vincente, la jeune femme était nouvelle venue en ville et n’y connaissait personne. Comme à leurs habitudes les trois comparses n’avait put s’empêcher de faire les pitres attirant l’attention de la foule, attention qui était en réalité un mélange de regards assassin, méprisant cette jeunesse qui ne pensait qu’à s’amuser, mais aussi des regards amusé, affectueux qui eux adorait voir ces jeunes gens pleins de vie et les trouvait remarquables en tout point de vue. A l’époque Marcus, Vincente et Julian était une troupe de comédien qui prenait place chaque jour à la même heure sur la place du marché du village, il ne demandait rien, si ce n’était d’être regardé avec amusement, mais leurs petits numéros leur rapportait bien souvent quelques Jewels. Ce fut lors d’une de ces représentations que Julian et Jaeleen se rencontrèrent. Au départ la jeune fille était en retrait et les regardait de loin, elle n’était guère souriante et sur le coup Julian ne lui porta pas vraiment d’attention. Toutefois lorsqu’elle éclata de rire devant l’une de leurs nombreuses pitrerie il découvrit un être digne d’être considéré comme un ange. Se jour la le temps se stoppa ainsi que tout ce qui l’entourait, il n’existait plus qu’une chose à ses yeux, cette jeune femme magnifique. Lorsqu’ils eurent fini leur numéro il voulut aller lui parler, mais il ne savait quoi dire et e toute façon était incapable de bouger, cela ne l’empêcha pas d’en parler à de nombreuses reprises avec Marcus et Vincente lors de soirée un petit peu trop arrosée.
Peu de temps après se sentant plus confiant, saoul et surtout poussé par ses deux amis Julian alla voir cette jeune femme. Il ne réussi pas tout de suite à lui avouer ses sentiments mais gagna ben vite son amitié. Quelques mois plus tard cette amitié était devenue bien plus et Julian comme Jaeleen vivait un vrai conte de fées. Jaeleen apprit dès lors de nombreuses choses sur lui et au final elle semblait même en savoir plus sur lui que lui-même n’en savait sur elle, mais cela ne le dérangeait pas, après tout à partir du moment où il pouvait être heureux cela lui allait. Elle le poussa à quitter sa famille et migrer vers une ville plus peuplée pour y découvrir un vrai métier et surtout fuir les mauvais traitements que son père continuait à lui infliger. Cela fut le sujet de nombreuses conversations entre eux deux, tout d’abord parce qu’il se refusait à abandonner ses amis et qu’il considérait leur petite troupe comme un vrai métier et ensuite parce qu’il n’avait aucune connaissance du monde en dehors de son village, il n’en était jamais sortit et cela l’inquiéter de le faire.
Au final ce fut elle qui gagna et ils émigrèrent alors vers la ville d’Harjion, ville bien plus grande et où toute personne y mettant un peu du sien pouvait vite atteindre renommée et richesse. La bas Julian se découvrit une passion pour la couture, se métier que l’on destinait en général au femme suscitait en lui un intérêt incroyable, après tout cela revenait un peu au même par rapport à son ancien métier, il devait créer pour susciter des émotions chez les gens. Son maître se montra très patient et bon instructeur puisqu’en seulement un an Julian était apte à créer de lui-même et à mettre en vente ses créations. A cette époque Julian était promis à un brillant avenir, dans les rues d’Harjion rare étaient ceux à ignorer qui il était, rare aussi étaient ceux qui portaient des vêtements qui n’auraient pas été créé par lui. Pourtant toute cette gloire, cette renommée et se bien être n’avait pu éloigner de ses pensées se petit village qui l’avait vu naître et surtout ses deux amis d’enfance. Le jour de ses 25 ans alors que sa femme attendait un premier enfant de lui il décida de partir en voyage pour revoir sa mère et annoncer à ses deux amis la bonne nouvelle, après tout ils étaient comme des frères pour lui et il comptait bien les ramener à Harjion.
Malheureusement en 5 ans, bien des choses change et il en va de même pour les personnes. Lorsqu’il arriva à son village natal le spectacle qu’il y découvrit fut l’un des plus horribles auquel il aurait pu s’attendre. Le village était désormais dominé par un immense château dans lequel vivait le seigneur Von Doom. Lorsque les villageois lui expliquèrent l’histoire il n’y cru pas, du moins dans un premier temps il cru rêver. Malheureusement la pauvreté et le désespoir qui l’entourait était bien réel et si ce récit incroyable était vrai alors il était le seul à pouvoir faire quelque chose. Il se décida donc à aller voir le souverain de ce village et tenter de le raisonner, après tout ils avaient été amis durant 20 longues années et cette amitié durait encore aujourd’hui.
Le château était magnifique mais était aussi un ouvrage à la hauteur de la mégalomanie de son créateur, Vincente. Lorsqu’il frappa à l’immense porte du château Julian sentit une boule se former dans sa gorge, après tout, tout cela été sa faute, s’il était resté il aurait put contenir Vincente. Ce jour là, la porte s’ouvrit bouleversant sa vie entière à jamais. Aujourd’hui encore il tente de l’oublier, mais il en est incapable. Comment pourrait il oublier les corps mutilé de son père et sa mère l’accueillant en ce lieu sordide, oublier les longues journées durant lesquels il fut séquestrer et torturés, comment oublier le dernier regard de sa femme alors que la vie quittait ses yeux. Qui pourrait oublier tout cela ? Et qui d’autre que lui-même pourrait s’en vouloir d’avoir venger toute cette personne, même si cela signifie la fin d’un de ses meilleurs amis ?
Il se souviendra toute sa vie du dernier regard de Vincente persuadé qu’il était d’en avoir fini avec lui et de la phrase, bizarre et pleine de vérité qu’il n’avait pu s’empêcher de prononcer se jour là : « Lorsque tu as pris la vie de ma femme, tu as pris mon cœur, tu t e demande pourquoi je ne suis pas mort sous les coups de ton armes ? Réfléchi on ne peut tuer une personne déjà morte. »
Malheureusement, le cœur humain et l’esprit humains est horriblement faible, lorsque l’on agite sous notre nez une carotte alléchante on ne peut s’empêcher de s’en saisir, c’est-ce qui se passa pour Julian, lui qui avait tout perdu prit la place de Vincente et devint un tyran bien plus impitoyable que son prédécesseur, son règne dura près de 3 ans durant lesquels il s’adonna à tout les vices imaginables. Ce fut au final Marcus qui lui fit retrouver la raison, depuis Julian parcours le monde dans l’espoir de se racheter de ses crimes passé… Enfin il ne s’agit la que de la version ’officielle’.


Dernière édition par Julian Kaas le Ven 31 Oct - 0:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Julian Kaas   Jeu 30 Oct - 23:24

[L’anecdote se situe lors du retour de Julian vers son village natal et plus particulièrement du moment ou il pousse la porte le menant à ses retrouvailles avec Vincente.]

Le cœur battant la chamade Julian posa sa main contre le battant droit de la grande porte. Bizarrement ce geste revêtait une grande importance pour lui, et le fait qu’il s’agissait du battant droit aussi, il s’en souviendrait toute sa vie il le savait déjà. Délicatement il pousse le battant, les battements de son cœur s’accélèrent de façon incompréhensible, il n’avait pas peur, ça non, il ne devait pas, ce n’était pas non plus de l’appréhension il attendait impatiemment sa retrouvaille avec son ami. Mais alors quoi, que pouvait bien être la raison de ce sentiment, de ces battements de cœur précipité ? Peut être était ce simplement le long trajet qu’il avait fait pour arriver jusqu’ici qui l’avait plus éprouvait qu’il ne le pensait… Une raison peu probable il le savait, mais il préféra penser que c’était la bonne.
La porte s’ouvrit avec un horrible grincement et directement une odeur de charogne et de chair en décomposition assaillit ses narines. L’odeur insupportable le força à s’agenouiller et il rendit le petit déjeuner qu’il avait pris avant de venir. Vincente avait toujours présenté de petit aspect sadique, mais au point de laisser se décomposer des corps dans son hall d’entrée.

« J’y crois pas… Il doit y avoir une raison, enfin bon, je dois entrer, ne pas faire demi tour maintenant. »

Il se releva, s’appuyant sur le mur pour retrouver son équilibre et reposa sa main sur le battant de la porte entrouverte. Il ferma les yeux et ravala la salive acide au goût de bile qu’il avait dans la bouche. Le spectacle qui allait s’offrir à lui serait atroce il le savait déjà, toujours était il qu’il ne devrait pas regarder, surtout pas. Il ouvrit la porte, entièrement cette fois et s’engagea dans le hall d’entrée, tout droit il devait aller tout droit.

*Ne surtout pas regarder sur les côtés… Surtout pas… *

Mais comme à un gamin à qui on interdirait de faire quelque chose il ne put s’empêcher de tourner son regard vers les cadavres pendant de chaque côté de l’allée. Bizarrement il y avait de nombreuses cordes, mais seulement deux corps était présents. Bien qu’atrocement mutilé on pouvait reconnaître la morphologie des deux êtres. Le premier des cadavres avait été un homme, assez grand, ses cheveux était déjà blanc à sa mort, son visage marqué par la vie mais pas seulement, ses vêtements était en lambeau, Julian savait qu’il ne s’agissait pas juste des traitements infligés, c’était de l’usure, c’est vêtements avait été portés souvent et très peu entretenus. Le second cadavre était celui d’une femme, le corps avait été a peu près préserver si ce n’est la cage thoracique explosée, par contre le visage avait été mutilé d’une façon horrible comme si le bourreau s’était acharner à détruire la beauté. Et cette personne avait sûrement était belle, non elle avait été belle, c’était une certitude. Julian sentit les larmes commencer à lui piquer les yeux il ne s’agissait pas de dégoût inspirée par le spectacle macabre, ni de dégoût inspiré par l’odeur. Non, c’était la réalité de ces deux personnes mortes, de ses parents morts qui gisait devant ses yeux. Ses jambes se dérobèrent alors sous lui et il tomba à genoux devant le corps mutilé de sa mère, il ne puit retenir ses larmes qui se mirent à couler le long de ses joues, chaudes et humides. Ce fut à ce moment là qu’il décida de se manifester, le responsable de cette macabre mise en scène.

« Et bien et bien, ma première partie semble avoir évoquer en toi un bien beau sentiment.
-Vincente ?
- Et oui Julian, c’est bien moi, je suis désolé de te l’annoncer mais je m’en suis très bien tiré sans toi, tu ne pourras pas jouer les preux chevaliers venant libérer l’un de ses amis des griffe de la pauvreté et de l’oubli.
- C’est toi qui…
- Oh que oui ! Je suis allé voir tes parents, ta mère m’a accueillie à bras ouvert j’ai même prix un café en sa compagnie peu de temps avant que… »

Il plaça son pouce sous sa gorge et d’un geste éloquent indiqua la mort. Un éclair de fureur passa alors dans les yeux de Julian, s’en était trop, il se leva et chargea tête baissée sur son ancien ami.

« Julian… Julian… Julian, que tu me déçois, croire que c’est ainsi que tu arriveras à bout de moi. Admires plutôt la puissance que j’ai reçue en ton absence. »

Il claqua des doigts et immédiatement Julian se retrouva suspendu en l’air, une corde enroulée autour de chaque bras. De la magie, Julian en avait vu bien souvent, il fallait avouer que les abrutis de Fairy Tail ne se cachait pas beaucoup… Ainsi Vincente était devenu un mage et sa puissance nouvellement acquise lui était montée à la tête… Guère étonnant.

« Toi… Nous… Nous étions amis pourtant, non ? »

La voix de Julian était calme et posée, il avait réussi à surmonter ses sentiment et sa colère ne perçait pas le moins du monde dans sa voix.

« Julian, que tu me désole mon petit… Ami dis tu ? Je ne me souviens pas d’avoir eu un ami comme toi, un ami qui m’aurait abandonné pour les yeux bleu d’une fille. Non Julian, cette amitié dont tu parles tu l’as perdue le jour ou tu es parti. Comprends tu ce que je dis ?
- Pourquoi ? Vous m’avez manqué pourtant…
- Nous t’avons manqué ? Eh en 5 ans tu n’es jamais venu nous voir, Julian ! Si ce n’est aujourd’hui, tout ça pour nous annoncer que ta femme est enceinte, enceinte d’un petit garçon qui plus est… Un petit Gabriel si je ne m’abuse… »

Les paroles de Vincente laissèrent Julian sans voix, comment pouvait il savoir autant de chose, personne ne savait le sexe de l’enfant à part lui-même et Jaeleen, tout comme le nom qu’ils allaient lui donner…

« Ah je vois… Ce silence, tu te demande : Mais comment sait il ? Sache mon cher Julian que les femmes peuvent être bien bavardes et bien dociles, quand on sait y faire.
- Que… Que veux tu dire ?
- Bien puisque tu as pu apprécier l’entrée, passons au plat de résistance, l’acte principale de cette pièce ! Je l’ai nommé Peine, tragédie et désespoir ! »

D’un simple claquement de doigt Vincente fit bouger de nouvelle corde, celle-ci se rapprochèrent lentement de lui, elles traînaient quelque chose, d’après la forme qui s’approcher un corps humain. Et plus précisément un corps féminin.

« NON ! »

Lorsqu’il comprit qu’il s’agissait de Jaeleen Julian se mit à se débattre comme un forcené contre l’emprise des cordes, la première céda, mais aussitôt deux nouvelles la remplacèrent, bientôt Julian fut ligoté par une dizaine de cordes au total.

« Et bien Julian, tu sais pourtant que je n’apprécies pas être interrompu pendant ma partie non ? Alors reste silencieux et observe… Sais tu ce pourquoi je restait avec vous ? Non ? Voyons c’est simple pourtant la folie était présente en chacun de vous, toi parce qu’a force de te battre ton père avait détraqué ton esprit, Marcus parce qu’il était malade et que pour lui la vie ne vaudrait rien sans nous suivre et enfin moi parce que… Parce qu’il faut l’avouer j’ai toujours été fou ! »

Julian voulut répliquer quelque chose à ces paroles, mais une corde commença à se resserrer autour de son cou.

« Voyons Julian je viens de te dire que je n’aimais pas être coupé durant ma partie alors écoute bien gentiment, s’il te plait. Je disais donc que chacun d’entre nous était fou, qu’il ne manquait pas grand-chose pour craquer… C’est vrai n’est-ce pas ? Personnellement il me manquait la puissance, et elle est venue me trouver ! Car qu’y a-t-il de plus puissant qu’un mage ? Tu ne sais pas ? Voyons c’est une réponse enfantine pourtant… RIEN ! »

Le dernier mot avait été hurlé et cela réveilla Jaeleen. Vincente éclata de rire, un rire sadique que Julian ne lui connaissait pas.

« Allons, mademoiselle Kaas, vous auriez du rester endormie, cela aurait été moins douloureux pour vous… Qu’en pense tu Julian ? Je penser seulement la tuer, mais a vrai dire j’ai toujours trouvé ta femme sublime, et si je lui prenais ce que j’ai toujours voulu ? »

Julian émit un cri étouffé, les larmes mouillait ses yeux, il se savait ridicule actuellement, mais rien de cela n’importait, il devait faire quelque chose. Comme précédemment il se mit à se débattre violemment, si les cordes pouvaient lâchées il aurait une chance d’atteindre Vincente. La corde autour de son cou se desserra, il comprit que Vincente lui laissait le droit de répondre.

« Traître, si je n’étais pas attaché…
- Que ferais tu ? Tu te jetterais sur moi c’est ça ? Voyons je te l’ai déjà dit contre un mage seule la magie est efficace et tu n’es pas mage !
- Tss… Mage, Magie, Mage ! Tu n’as que ces mots à la bouche, tu ne connais donc rien d’autre ?
-Si, je connais des tas d’autres chose, mais… Sais tu d’où viens la magie, ou plutôt pourquoi chacun d’entre nous peut en utiliser une particulière ? D’après certains anciens la magie est e reflets de notre âme. Intéressante supposition non ? Regarde les cordes qui t’attaches elles sont noires comme mon âme et dégage une odeur métallique insupportable, qu’Est-ce que cela signifie à ton avis ? J’en suis venu à me dire que cela signifiait que mon âme était totalement vouée au mal, mais qu’elle était encore prisonnière, mais prisonnière de quoi ? De l’amitié… Et de l’importance que je portais à ce sentiment, après tout à quoi sert il ? »

Un grand sourire aux lèvres Vincente sortit de l’une de ses bottes un énorme poignard, Julian en avait déjà vu des comme celui-ci, il servait en général aux sacrifices humains…

« Tu te rappelles de ce poignard ? Un vieux poignard trouvait par trois petits jeunes dans un tombeau… Avec celui-ci ils ont fait un pacte de sang… C’est comique de penser qu’en tout temps ce poignards n’auraient servit qu’a… Faire couler le sang ! »

Sur ses dernier mot il planta rageusement la lame dans le cœur de Jaeleen. Le visage de la jeune femme pali subitement et se crispa, elle s’empêchait de crier, elle ne voulait pas que son mari la voit comme ça. Il retira le couteau et laissa le corps choir à ses pieds, la mort avait été rapide, mais extrêmement douloureuse, un véritable plaisir pour lui.

« Regarde là Julian, cette catin n’est plus rien désormais ! Que dirais tu de me rejoindre maintenant ? A nous deux nous pourrions faire de grande chose ?
-Ja… Jaeleen… pourquoi… Pourquoi lui as-tu fais ça !
- Oh non… Julian, ne me fait pas ça ! Ne me tournes pas le dos comme il y a 5 ans !
-Jamais tu entends, jamais je ne te pardonnerais, tue moi aujourd’hui, sache que je t’attendrais, de l’autre côté je t’attendrai !
-Puisque ce sont tes derniers souhaits… »

D’un geste habile Vincente lança le poignard qui vint frapper Julian en pleine poitrine. La douleur lui fit tourner la tête, il sentit les cordes desserrer leur étreinte et son corps commencer à choir. La suite fut elle réelle ? Il n’en sait rien en tout cas il vit sa femme se tenir debout devant lui dans une pièce toute noire. Elle tenait en ses mains un drôle de tissu, elle le tendit vers lui et le tissu s’anima il fonça en lui et disparu comme s’il n’avait jamais exister.

« Tu as passé 5 ans de ta vie à travailler le tissu à le faire vivre sur des gens, aujourd’hui c’est lui qui te fera vivre, voici le reflet de ton âme, pauvre arlequin… »

Son corps entra en contact avec la pierre froide, il n’était qu’a demi conscient de ce qui se passait devant lui. Un morceau de sa veste en tissu s’anima et arracha le poignard de sa poitrine, il ne savait pas par quel miracle, mais celui-ci avait frappé entre les poumons et le cœur ne causant aucun dommage sérieux.

« Lorsque tu as pris la vie de ma femme, tu as pris mon cœur, ne te demande pourquoi je ne suis pas mort sous le coup de ton arme… Réfléchi on ne peut tuer une personne déjà morte. »

Pendant ses paroles Julian s’était approché de Vincente celui-ci était paralysé, la peur sans doute. Julian posa sa main sur les vêtements de son ami et comme si tout avait été prévu le tissu commença à se resserrer comme s’il rétrécissait, en même temps plutôt que de se déchirer il broyait les os de son propriétaire, c’était donc là le reflet de son âme… Sa magie…




Voilà, comme je l'avais dit à Happy j'ai totalement changé mon personnage, j'espère ne pas avoir fait de faute d'orthographe et si il y en a bah...


Dernière édition par Julian Kaas le Ven 31 Oct - 0:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Happy
Admin
Admin
Happy

Féminin
Nombre de messages : 59
Age : 25
Date d'inscription : 12/09/2008

-Votre Personnage-
Magie:
Niveau:
Guilde/Travail: Fairy Tail

MessageSujet: Re: Julian Kaas   Jeu 30 Oct - 23:52

Bon, j'ai la flemme de te dire bienvenue donc passons cette partie-la.

Des fautes ? Oh oui il y en a ! Et notamment une qui m'a assez chiffonnée. "en sainte" s'écrit "enceinte". Il y a une incompréhension aussi dans ta présentation. C'est peut-être à cause du changement de personnage mais dans la partie I tu as dis que ton personnage avait 25 ans alors que tu annonces au début de ton histoire qu'il a vécu 28 ans. J'aimerais que tu te charges de ça avant que je te valides.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://f-t-g.keuf.net
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Julian Kaas   Ven 31 Oct - 0:18

O.O Alors là... Je suis inexcusable pour le coup du "enceinte"... En plus je l'avais mal écrit non pas une, mais deux fois ! Voilà, je me suis rerelu et j'ai corrigé toute les fautes que j'ai pu voir... Enfin je promets rien j'ai eu beaucoup de mal à tout suivre quand je lisais donc j'en ai peut être oublié.

Et effectivement, je m'étais trompé dans l'Etat Civil... J'espère qu'il n'y aura pas d'autre soucis...
Revenir en haut Aller en bas
Happy
Admin
Admin
Happy

Féminin
Nombre de messages : 59
Age : 25
Date d'inscription : 12/09/2008

-Votre Personnage-
Magie:
Niveau:
Guilde/Travail: Fairy Tail

MessageSujet: Re: Julian Kaas   Ven 31 Oct - 23:23

Nan. C'est bon, te voilà...

VALIDE


Niveau 4, comme au début et puis tout le bralala que t'a déjà eu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://f-t-g.keuf.net
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Julian Kaas   Sam 1 Nov - 0:37

Bienv'nue !

Tu es validé, je lock et j'archive.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Julian Kaas   

Revenir en haut Aller en bas
 
Julian Kaas
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» May Julian - Le pays multicolore - La saga des exilés T1
» La maison biscornue, adaptation par Julian Fellowes
» BUDDY DOLL - Julian p5
» 02 - Julian Solo, Poseïdon
» Snobs, Julian Fellowes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail Generation :: ~oO Acceuil Oo~ :: Archives :: Fiches validées-
Sauter vers: